Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : les lectures de Clarinette
  • : Journal de bord de mes lectures...avec mes petits mots à moi.
  • Contact

Association Miandra


Recherche

Je suis aussi là

Mon profil sur Babelio.com

Archives

je suis en train de lire...

 

 

la-vie-d-une-autre-frederique-deghelt

La vie d'une autre

 

Frédérique Deghelt

15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 10:58
enamiJ'ai lu ce roman très court une première fois très vite et en diagonale, puis je l'ai repris pour le lire plus posément et m'imprégner des mots de Forrest Gander.
J'ai pu ainsi apprécier la manière dont Clay, le narrateur, décrit son ami Lester dont il est en réalité amoureux. Clay décrit très précisément les sentiments ambivalents que lui inspirent Lester -mélange d'amour, d'admiration, de haine et de jalousie- son charisme extraordinaire et le magnétisme qu'il exerce sur toutes les personnes qu'il croise. Son charme puissant paraît presque "diabolique". Car Lester est loin d'être un ange. Il mène des vies multiples : marié à Cora, il vit également avec Sarah, qu'il trompe avec d'autres femmes. Il est égoïste, cynique, toujours en représentation...Un personnage complexe qui m'a fascinée moi aussi.
Les premières pages décrivant la naissance Lester m'ont parues assez pénibles. J'ai beaucoup aimé les bribes de souvenirs de sa vie avec Lester évoquées par Sarah vers la fin. Les dernières pages consacrées aux extraits d'interviews de Lester m'ont parues un peu ardues mais donnent quelques clés pour mieux comprendre le personnage.

extrait : "Je ne l'ai jamais entendu lire un seul texte de sson cru, mais il lui arrivait parfois de citer un poème, de lui ou d'un autre, au cours d'une conversation. Cela paraît bizarre, narcissique ou prétentieux ou chiqué mais face à nous dans le box du Gibus il était capable de faufiler sans suture des vers du poème au flot de la conversation. Son visage était lesté d'une telle beauté mélancolique qu'il lui donnait l'air plus agé et plus convaincant que nous tous. Sa gravitas nous aspirait en lui comme un siphon. Il pouvait river les yeux sur vous et vous entraîner vers un royaume inconnu où vos habitudes de pensée avaient tendance à se mettre en veille. On aurait dit qu'il arrivait d'un lieu où l'enthousiasme n'était pas jugé inversement proportionnel à l'intelligence et où on trouvait normal de mêler dans la même phrase Cocteau et les barbues de rivière. Aucun de nous n'avait une telle envergure, aucun n'avait lu autant que lui. La noirceur opalescente de ses yeux était magnétique."

smil-titcoeur.gifsmil-titcoeur.gifsmil-titcoeur.gifEn ami, Forrest Gander, Sabine Wespieser, 133 pages.

lu aussi par Laurent, Lily, Eireann

Cinq questions à Forrest Gander :
 



Repost 0
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 23:02
Encore un roman de Douglas Kennedy très efficace et qui se lit très facilement. Mais j'ai été agacée mais son côté matérialiste : pas une page où il n'est question d'argent et de dollars (avec plusieurs zéros). Mais un roman distrayant. Avec un suspense qui monte en puissance, difficile d'en décrocher. Mais, j'ai presque été déçue par la morale de l'histoire : à Hollywood, l'on est rien si l'on n'est pas riche et célèbre. J'avoue avoir du mal à y adhérer, peut-être parce que je ne suis moi-même ni l'un ni l'autre. Le narrateur, David Armitage, scénariste, perd tout après avoir connu une ascension fulgurante : notoriété, argent, biens, femme, enfant, amis, petite amie... Pourtant il s'obstine à poursuivre son rêve de fortune et de gloire, comme si sa vie en dépendait. Impossible pour moi de m'identifier à l'un ou l'autre des personnages, ni même de compatir aux déboires du personnage principal. Malgré tout, une fois de plus, j'ai été tenue en haleine. Il faut dire que Douglas Kennedy manie redoutablement bien l'art du suspense !

extrait : "Ou on est dans le coup ou on ne l'est pas. Ou on est lancé ou on n'existe pas. En ce sens, Hollywood est un archétype des théories darwiniennes. Alors que dans d'autres villes la même hantise de la réussite se dissimule sous des couches d'urbanité et d'affectation intellectuelle, le principe de base est ici sans détour : si tu as quelque chose à m'apporter, tu m'intéresses. Monstrueuse superficialité, s'indigne-t-on souvent, mais moi j'aimais la franchise bourrue de ces rapports sociaux. On sait toujours de quoi il est question. On ne peut ignorer les règles du jeu."

Rien ne va plus
, Douglas Kennedy, Pocket, 443p.



Repost 0
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 14:42
 Ecrit dans un style très familier,un roman noir qui se laisse volontiers lire tellement l'intrigue est prenante.
Nick, un petit journaliste américain moyen, anonyme et un peu looser, décide un jour sur un coup de tête de quitter sa vie solitaire et sans histoire pour aller explorer les grands espaces australiens. Son chemin croise celui d'Angie, une belle Australienne qui va l'attirer dans ses filets et le conduire dans un traquenard au fin fond du désert.
C'est loin d'être un chef d'oeuvre de littérature, j'y ai même noté quelques invraisemblances, mais on ne peut qu'être accroché à cette histoire et avoir envie de savoir comment Nick va sortir de ce pétrin. Une ambiance très cinématographique, Douglas Kennedy plonge efficacement le lecteur dans l'atmosphère torride et étouffante du bush australien. Un livre idéal pour une lecture de voyage ou de vacances et qui a le mérite de ne pas trop fatiguer les neurones.

extrait : "J'étais au centre d'un univers voué au rouge. Un rouge aride, stérile, couleur de sang séché. A perte de vue, de la latérite et une brousse maigre, poudrée de rouge. Le tout occupait un plateau d'un taille qui défiait l'imagination. Je me suis éloigné du combi et, planté au milieu de la route, j'ai contemplé les quatre horizons. Au nord, rien. Et rien non plus au sud , à l'est ou à l'ouest... Pas la moindre bicoque, pas un poteau téléphonique, pas l'ombre d'un panneau, qu'il soit routier ou publicitaire. N'était le ruban de bitume que j'avais sous les pieds, j'aurais pu être le premier homme à m'aventurer dans cette contrée. Un désert sans limites, sous un ciel d'un bleu implacable. L'infini hypnotique à force de monotonie."

Cul-de-sac
, Douglas Kennedy, Folio policier, 292 pages.

lu aussi par : Loupiotte, Laconteuse, Allie, Sassenach, Eireann, Caroline
Repost 0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 12:07
Un livre qu'il m'a fallu apprivoiser et que j'ai lu lentement et par petites doses, mais qui est loin de m'avoir laissée indifférente.
L'hisoire commence dans les années cinquante et se termine à la fin des années soixante-dix. Ariah, le personnage central, est orgueilleuse et hautaine, parfois arrogante, parfois terrifiée, pas sympathique mais fascinante. Devenue veuve le lendemain même de ses noces, parce que son mari s'est jeté dans les chutes du Niagara, elle est persuadée d'être poursuivie par une malédiction. Ariah est difficile à cerner, souvent dans le déni, on ne comprend pas toujours ses motivations. Elle fait parfois preuve d'une obstination impressionnante lorsqu'il s'agit de ne pas voir la réalité en face.
Le passage sur les dégâts de la pollution dûe à l'industrialisation effrénée sur les abords du Niagara dans les années soixante et sur la tentative desespérée de Dirk Burnaby, le deuxième époux d'Ariah,  d'en défendre les victimes est passionnant.
Puis on voit les dégats des non-dits d'Ariah sur ses enfants : leurs interrogations sur leur père décédé, leurs hésitations et les erreurs où cela va les mener. Mais ils continuent pourtant à porter à leur mère un attachement viscéral.
Et enfin, il y a les Chutes, elles-mêmes, qui m'ont fait l'effet d'être un personnage à part entière. Une sorte de monstre gigantesque que l'on entend gronder tout au long du roman et dont la force d'attraction est irrésistible.
Le style de Joyce Carol Oates dont c'est le premier livre que je lis est à l'image de ses personnages : plein de doutes, de tergiversations et de contradictions et toujours en mouvement. Ca m'a perturbée au début, mais je me suis rendu compte peu à peu que c'était ce qui faisait la force et le charme de ce roman bouillonnant, dense et riche en surprises.

extrait : "Pendant sept jours et sept nuits, elle veilla.
Pendant sept jours et sept nuits, on vit la Veuve blanche au bord des gorges du Niagara, sur Goat Island ou sur les rives du fleuve ; elle se joignit aux équipes de secours qui cherchaient le "disparu" et accompagna une équipe de garde-côtes dans sa patrouille en aval, au-delà de Lewiston et Youngstown, jusqu'au lac Ontario. Dans l'embarcation, Ariah Erskine etait la seule femme, et sa présence mettait les hommes mal à l'aise. Fiévreuse, dans un état second, elle fixait de ses yeux rougis les vagues clapoteuses, onduleuses, comme si, à tout instant, le corps d'un homme pouvait apparaître et mettre un terme à sa quête. D'une voix basse, rauque, elle répétait à qui voulait bien écouter : "Je suis la femme de Gilber Erskine et, si je suis devenu sa veuve, il faut que je sois présente lorsqu'on le retrouvera. Je dois m'occuper de mon mari." Les officiers du garde-côte échangeaient des regards peinés, ils savaient à quoi ressemblait le cadavre d'un homme tombé dans les chutes."


Les chutes, Joyce Carol Oates, Points, 552p.

lu aussi par : Caroline, La Conteuse, Agapanthe, Solsol, Choupynette

Repost 0
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 11:18
J'ai découvert Paul Auster il y a quelques années peu de temps avant de commencer ce blog. J'ai voulu alors ingurgiter toute son oeuvre d'un coup mais au bout de trois ou quatre livres, je me suis lassée.  J'ai adoré la Trilogie Newyorkaise et Moon Palace, j'ai un peu moins aimé Mr Vertigo. Puis j'ai enchaîné sur L'invention de la solitude et Le livre des illusions que je n'ai pas lus jusqu'au bout. Ce n'est que ces jours-ci que j'ai redécouvert dans ma PAL les livres que j'avais abandonnés dont celui-ci.
Le
début apparaît comme une biographie rédigée par le narrateur Peter Aaron. En apprenant sa mort, celui-ci a décidé de prendre la plume pour raconter la vie de son meilleur ami Benjamin Sachs. On s'attend alors à un récit un peu ennuyeux. Dans un sens, cela donne un aspect plus réaliste à l'histoire et cela permet au lecteur de mieux y croire... Mais, plus on avance dans le livre, plus il ressemble à un roman. D'abord parce que le narrateur lui-même est impliqué et joue un rôle dans le destin de son personnage, il n'est pas un simple observateur. Et puis, on finit par être pris par cette histoire comme par un thriller...Paul Auster a l'art de faire monter le suspense. Par un enchaînement de rencontres fortuites, de hasards, et de coïncidences, il démontre comment un Américain moyen, brillant et cultivé, qui a tout pour réussir devient un terroriste poseur de bombes qui va s'attaquer au grand symbole préféré des américains : la statue de la Liberté. Ca pourrait paraître tordu, pourtant on y croit parce que c'est tellement bien écrit que même les situations plus invraisemblables paraissent plausibles.
Paul Auster évoque aussi assez discrètement : l'époque Reagan, la fin des années 70 et avec elle la disparition de certaines valeurs idéalistes remplacée par le matérialisme et l'individualisme des années 80, et, vers la fin du roman, la chute du mur de Berlin... Léviathan montre un homme qui se cherche dans un monde en pleine mutation.
Un livre que j'ai trouvé très intelligent et passionnant.

extrait
: "L'époque Reagan commençait. Sachs continuait de faire ce qu'il avait toujours fait, mais dans le nouvel ordre américain des années quatre-vingt, sa position tendait à se marginaliser. S'il ne manquait pas de lecteurs, leur nombre se réduisait néanmoins et les revues qui le publiaient devenaient de plus en plus obscures. De façon presque imperceptible, il en vint à être considéré comme dépassé, comme décalé par rapport à l'esprit du temps. Le momnde autour de lui avait changé, et dans le climat ambiant d'égoïsme et d'intolérance, d'américanisme débile et triomphant, ses opinions rendaient un son étrange de raideur et de moralisme. Il était déjà assez inquiétant que la droite fût partout en pleine progression ; l'écroulement de toute réelle opposition à cette droite paraissait à Sachs plus inquiétante encore. Le parti démocrate s'était effondré ; la gauche avait pratiquement disparu ; la presse était muette. L'autre bord s'était soudain approprié tout les arguments, et élever la voix contre lui passait pour de mauvaises manières. Sachs continuait à exprimer ses idées, à affirmer haut et fort ce qu'il avait toujours cru vrai, mzis de moins en moins de gens prenait la peine de l'écouter. Il prétendait que cela lui était égal, mais je voyais bien que le combat l'épuisait et qu'alors même il tentait de trouver un réconfort dans la convicton d'avoir raison, il perdait peu à peu confiance en lui."
 
Léviathan, Paul Auster, Le Livre de Poche, 318p.


lu aussi par : Lilly, Kathel, Allie, Jules
Repost 0
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 00:53
Pas de doute, Marisha Pessl est cultivée, brillante, pleine d'esprit et sait écrire. On est à la fois épaté et étourdi par sa plume acérée et par ses citations d'auteurs tous plus pointus les uns que les autres. Elle donne l'impression, d'avoir, comme son héroïne, tout lu et tout vu (films, tableaux de maîtres...). Mais pourquoi tant de références littéraires ? Dans la première moitié, Bleue décrit ses pérégrinations à d'une ville à l'autre et d'une école à l'autre avec son exceptionnel papa, puis ses soirées avec sa mystérieuse professeure Hannah Schneider et ses camarades de classe plutôt antipathiques...Marisha Pessl cherche peut-être à nous taquiner et à nous fait languir avec des digressions, des citations et on frôle l'overdose...On l'évite quand même parce que c'est parfaitement bien écrit et parce que c'est drôle, car Bleue a beaucoup d'humour et un regard très juste sur les petits défauts et les failles de son entourage. .
Puis, vers le milieu de du livre, c'est-à-dire au bout d'environ 400 pages, il se passe enfin quelque chose de crucial. Les 400 et quelques pages qui restent sont consacrées à l'enquête menée par la jeune fille très futée sur sa prof qu'elle a retrouvée pendue à un arbre. Et elle va élucider le mystère, avec, pour seule aide, ses livres.
J'ai eu un peu de mal à m'attacher à ce personnage solitaire auquel rien n'échappe mais qui , au final, n'aime personne, en dehors de son père et que personne ne semble réellement aimer.
Malgré tout, je ne me suis jamais vraiment ennuyée car c'est écrit avec un brio auquel il est difficile de résister. Ce serait malhonnête de ma part de dire que j'ai détesté ce livre. Je l'ai trouvé un brin agaçant mais -je dois l'avouer- j'ai eu plaisir à le lire.

extrait : "Quittant des yeux le chihuahua marron et noir venu renifler mes chaussures, je les découvris. Tout comme Jade qui, affalée sur un canapé en chocolat à moitié fondu, avait allumé une cigarette (et me dévsageait comme si c'était une fléchette), ils me dévisageaient avec des yeux si fixes, des corps si raides, qu'ils auraient pu composer la série de tableaux que papa et moi avions admirée à la galerie des maîtres du dix-neuvième siècle de Chalk House, dans la banlieue d'Atlanta. Il y avait là une fille maigre aux cheveux bruns entortillés comme une algue, qui se tenait les genoux sur le banc de piano (Portrait de paysanne pastel sur papier) ; un tout petit gars, avec des lunettes à la Benjamin Franklin, genre indien, près d'un chien galeux,Fang (Maître avec chien courant, Angleterre, huile sur toile) et un garçon, immense celui-là, bâti comme unes armoire à glace,adossé à une bibliothèque, les bras et les chevilles croisés, des cheveux noirs cassants sur le front (Le vieux moulin, artiste inconnu). Le seul que je reconnus, c'était Charles dans le fauteuil en cuir (Le joyeux berger, cadre doré). Il me fit un sourire encourageant, mais je doutais que cela signifie grand-chose ; il semblait distribuer ses sourires comme un type déguisé en poulet qui donne des bons pour un repas gratuit.
"Et si vous vous présentiez ?" proposa joyeusement Hannah."

La physique des catastrophes, Marisha Pessl, Folio, 815p.

un article de Télérama sur Marisha Pessl
Repost 0
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 14:23
J'ai dévoré ce livre en trois heures pendant un voyage en train. Je n'avais pas été autant bouleversée par un livre depuis des années.
Le thème rappelle un peu celui de Ravage de René Barjavel que j'ai lu il y a  bien longtemps : un père et son fils marchent sur une route, vers le Sud, dans un paysage complètement dévasté par la fin du monde. Ils tentent de survivre tout en évitant leurs congénères devenus cannibales. Tout pourrait paraître rébarbatif et ennuyeux dans ce roman au style minimaliste et répétitif. C'est un roman d'anticipation mais il ne s'y passe pas grand'chose et on ne sait même pas ce qui a provoqué l'apocalypse. L'auteur s'intéresse uniquement aux deux personnages. On ne voit pas au delà de leur champ de vision, on ne voit donc pas ce qu'est devenu le reste du monde. Par des petits détails, par la description des petits gestes qui font leur quotidien, Cormac Mac Carthy parvient à éveiller la curiosité du lecteur et à instaurer un suspense. On s'attache à cet homme et à son fils qui semblent seuls au monde et on se demande quelle sera l'issue de leur périple. Dans ce monde de cendres grises où les hommes semblent être revenus à l'état de bête, le père tente de protéger son enfant d'une manière complètement animale. La seule lueur d'espoir et d'humanité semble venir du petit garçon aux cheveux blonds qui apparaît comme un ange. On est bouleversé par le lien très fort qui les unit. Un roman très sombre mais qui délivre un message humain et spirituel très fort. Un livre très poignant que j'ai refermé les larmes aux yeux et dont j'ai eu tellement de mal à sortir qu'il m'a fallu un certain temps avant de pouvoir enchaîner sur une autre lecture.

extrait : "Quelque chose le réveilla. Il s'était tourné sur le côté et il écoutait. Il leva lentement la tête, le revolver dans la main. il baissa les yeux sur le petit et quand il regarda de nouveau vers la route la tête du convoi était déjà en vue. Grand Dieu, souffla-t-il. Il étendit le bras et secoua le petit, les yeux toujours fixés sur la route. Ils approchaient en traînant les pieds dans la cendre, secouant d'uncôté puis de l'autre leur tête encapuchonnées. Quelques-uns portaient des masques à cartouche filtrante. Un autre dans une combinaison de protection biologique. Tachée et crasseuse. Tapant du pied, avec des gourdins à la main, des tronçons de tuyau. Toussant. Puis il entendit derrière eux sur la route ce qui semblait être un camion diesel. Vite, souffla-t-il. Vite. Il fourra le revolver sous sa ceinture et saisit le petit par la main et tira le caddie entre les arbres et le fit basculer dans un endroit où il ne serait pas si facilement visible. Le petit était transi de peur. Il le tirait contre lui. Ca va aller, dit-il. Il faut courir. Ne te retourne pas. Viens."

La route
, Cormac mac Carthy, Points, 252p.

Repost 0
20 juillet 2009 1 20 /07 /juillet /2009 09:49
Le manuscrit de ce premier roman de Capote a été découvert en 2004, vingt-deux ans après sa mort. Il avait dix-neuf ans quand il a commencé à l'écrire. Il y raconte un amour impossible entre Grady, jeune new-yorkaise de dix-sept ans dont les parents, très riches, sont partis en voyage en Europe, et Clyde, un gardien de parking, issu d'une famille juive modeste. Grady est fougueuse et passionnée, et ne supporte pas l'indifférence apparente de Clyde. Livrés à eux-mêmes dans un new-york caniculaire, il vont se chercher, se trouver, se séparer, se retrouver...pendant tout un été.
On sent que ce roman a été écrit par une main jeune, c'est ce qui en fait à la fois le charme et le défaut. Les sentiments de l'héroïne y sont purs, profonds et entiers. Certains passages sont très poétiques, d'autres m'ont paru un peu artificiels. Une jolie histoire que j'ai lu très facilement en gardant toujours à l'esprit le jeune âge de l'auteur mais je n'ai pas réussi à entrer vraiment dedans, ni à m'attacher aux personnages et je l'ai trouvé nettement moins abouti que De sang-froid. On devine toutefois le grand écrivain que va devenir Truman Capote.

extrait : "Il lui attrapa la main et ils se mirent à courir, jusqu'à une paisible ruelle latérale qu'adoucissait encore une rangée d'arbres.Quand ils s'arrêtèrent essoufflés pour s'appuyer contre un mur, il lui glissa dans les mains un petit bouquet de violettes. Elle n'eut pas besoin de les regarder plour savoir qu'il les avait volées, comme si elle avait assisté à la scène. Les fleurs contenaient l'été tout entier,avec ses ombres et ses lumières gravées dans les feuilles, et elle en pressa toute la fraîcheur contre sa joue."

La traversée de l'été, Truman Capote, Le Livre de Poche, 152p.

Repost 0
12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 13:45
Suspicious River est une petite ville du Michigan. Leila y est réceptionniste dans un motel : Le "Swan Hotel". Elle est mariée à Rick, avec qui elle mène une vie en apparence paisible. Mais, pour quelques dollars supplémentaires, elle suit certains clients dans leur chambre. Ce ne sont pourtant ni l'argent ni le plaisir qui la motivent. Petit à petit, on remonte le fil de son histoire, jusqu'à sa mère, Bonnie, dont Leila imite le comportement monstrueux, comme pour en expier les fautes. Un jour, Gary, pousse la porte d'entrée de l'hôtel et avec lui, Leila, va aller plus loin. Avec sa poésie étrange et unique, Laura Kasischke, expose la part de vice et de perversité qui se cache derrière les gens ordinaires. Elle saisit des petits détails, des choses banales et en montre l'aspect, poisseux, glauque et sordide. Elle pose, même sur les moments de bonheur, de beauté ou de plaisir une petite tache qui va ternir le tableau et susciter le malaise. Leila va aller jusqu'au bout de son calvaire, sans lutter, comme si c'était nécessaire, comme si c'était son seul moyen de se sentir vivante et comme si, au bout, une nouvelle naissance était possible.

extrait : "Je n'avais jusqu'alors jamais ressenti le besoin de regarder un homme comme les hommes semblent regarder les femmes -ces femmes sur les couvertures glacées des magazines, les hanches en avant et la bouche brillante à moitié ouverte, ou sur les affiches- ces femmes provocatrices qui surgissent des téléviseurs pendant que leurs maris, assis dans leurs fauteuils, s'efforcent de ne pas les regarder devant leurs épouses, tout en le faisant. Au drugstore, ces hommes se plantaient toute la journée devant les présentoirs des magazines, ils regardaient des pages et des pages de femmes qu'ils ne rencontreraient jamais, qu'ils ne toucheraient jamais, dont ils ne connaîtraient jamais ni le nom ni la voix : des femmes applaties, unidimensionnelles, qui tripotaient leurs mammelons, en regardant dans le vide. Dans le néant qui se trouvait devant elles. Etalées, ces femmes n'étaient que des angles et des lignes, de la lumière sur de l'ombre et, quand je les regardais, je me souvenais toujours d'avoir lu au lycée, dans notre livre de sociologie, un texte sur une tribu primitive perdue, dont les memebre ne voulaient pas laisser l'homme blanc les photographier, parce qu'ils pensaient que les caméras leur volaient leur âme.
Ces femmes en étaient la preuve, me disais-je. Le monde n'était qu'une fausse toile de fond, comme si rien n'avait jamais existé et n'existerait jamais devant ou derrière elles."

A Suspicious River, Laura Kasischke, Points, 404p.
Repost 0
21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 00:00
Ouf ! J'en ai enfin fini avec ce gros pavé que je traîne depuis des semaines, pour ne pas dire des mois.

La première partie est relativement intéressante. Jack a quatre ans il parcourt l'Europe du Nord avec sa mère Alice à la recherche de son père qui les a abandonnés. On y trouve de belles descriptions de villes nordiques telles que Oslo, Helsinki ou Amsterdam. Et comme Alice exerce le métier peu banal de tatoueuse, c'est l'occasion pour John Irving de nous faire découvrir ce milieu un peu marginal sur lequel on sent qu'il a fait des recherches très fouillées comme c'est le cas de tous les sujets qu'il traite. Et le tout du point de vue de l'enfant ce qui donne une saveur particulière au récit.

  De retour aux Etats-Unis, sa mère le met dans une école de filles. Jack est très vite -et très jeune- initié au sexe et marqué à vie par une première expérience traumatisante.

Devenu adulte, Jack est un acteur très connu plus ou moins abonné aux rôles de travesti. Il découvre que sa mère lui a menti au sujet de son père. Cette partie m'a parue longue et fastidieuse. Sans doute pour donner un peu plus de piquant, John Irving fait croiser à Jack des personnages réels, des stars hollywoodiennes telles que Billy Cristal, Arnold Schwartzenegger ou Pedro Almodovar. Mais j'ai trouvé cela inutile et factice.

Vers la fin, tout de même, j'ai ressenti un peu d'émotion et j'ai fini par trouver Jack presque sympathique. Le reste du temps je me suis demandé : "pourquoi tant de pages ?" Irving cherche à montrer à quel point l'absence de son père et les mensonges de sa mère ont marqué Jack au fer rouge et influencé sa vie aussi bien sentimentale que sexuelle ou professionnelle, mais il semble avoir cherché à délayer son histoire dans une multitude de détails et de personnages. Avant de mener son héros au dénouement, il lui fait faire toutes sortes de détours et traverser les épreuves les plus diverses et les plus saugrenues. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'il ne manque pas d'imagination, mais trop c'est trop...j'ai frôlé l'indigestion. Pourtant je l'ai lu jusqu'au bout -avec des périodes de répit- parce qu'il s'agit de John Irving qui a été un de mes auteurs préférés, que son style reste agréable à lire et qu'il a l'art de créer des situations insolites, scabreuses et drôles.

premières phrases : "Selon sa mère, Jack Burns était comédien avant même de monter sur les planches, et pourtant ses plus vifs souvenirs d'enfance le renvoyaient aux moments où il avait ressenti l'urgence de saisir la main maternelle. Et dans ces moments-là, il ne jouait pas la comédie.
Certes, rares sont les souvenirs qui remontent avant l'âge de quatre ou cinq ans, et ces premiers souvenirs sont sélectifs incomplets, voire faux. Le moment où Jack croyait avoir eu besoin de tendre sa main vers celle de sa mère pour la première fois était peut-être la centième, la deux centième."


Je te retrouverai, John Irving, Editions du Seuil, collection Points, 1004p.
Repost 0

J'ai lu...

A

ABE Kôbô, La femme des sables
ABOUET Marguerite, Aya de Yopougon (BD)
ALGOUD Albert, L'intégrale des jurons du capitaine Haddock
ANGOT Christine, Pourquoi le Brésil ?
AUSTER Paul, L'invention de la solitude
AUSTER Paul, Léviathan

B

BACHMAN Richard, Marche ou crève
BADHWAR Inderjit, La chambre des parfums

 BAKER Robin, Primal
BANKS Russell, American darling
BARBERY Muriel, L'élégance du hérisson
BENAQUISTA Tonino, Quelqu'un d'autre
BEN SADOUN Florence, La fausse veuve
BESSON Philippe, L'arrière-saison
BESSON Philippe, L'enfant d'octobre
BLONDEL Jean-Philippe, Accès direct à la plage
BOYD William,Brazzaville Plage

BOYD William La vie aux aguets


C

CAPOTE Truman, De sang froid
CAPOTE Truman, La traversée del'été
CARRERE Emmanuel, L'adversaire
CARRERE Emmanuel, La classe de neige
CARRERE Emmanuel, La moustache
CARRERE Emmanuel, Un roman russe
CHI Li Soleil Levant
Claudel Philippe, Les âmes grises

D

DE ROSNAY Tatiana, Spirales
DONGALA Emmanuel B. Les petits garçons naissent aussi des étoiles
DUBOIS Jean-Paul, Une vie française
Dubois Jean-Paul, Hommes entre eux
Duong Thu Huong, Terre des oublis

E

EMECHETA Buchi, Citoyen de seconde zone
ERNAUX Annie
EVERETT Percival, Désert américain

F

FAYE Eric, Le syndicat des pauvres types
FARGUES Nicolas, J'étais derrière toi
FARGUES Nicolas, Rade Terminus

 FLYNN Gillian, Les apparences
FRAPPAT Hélène, Par effraction

G

 

GALLAY Claudie, Les déferlantes
GANDER Forrest, En ami
GARCIA MARQUEZ Gabriel, Cent ans de solitude
GAUDE Laurent, La mort du roi Tsongor
GAVALDA Anna, Ensemble, c'est tout

H

 

Haddon Mark, Le bizarre incident du chien pendant la nuit

HAMPATE BA Amadou, Amkoullel, l'enfant Peul

HETU  Julie, Baie Déception
HIGHSMITH Patricia
HIRAIDE Takashi, Le chat qui venait du ciel
HOLDER Eric, La baïne
HOSSEINI Khaled, Les cerfs-volants de Kaboul
HOUELLEBECQ Michel

I

IRVING John, Je te retrouverai
IRVING John, Un mariage poids moyen
ISHIGURO Kazuo, Auprès de moi toujours
ISHIGURO Kazuo, Lumière pâle sur les collines

J

JAUFFRET Régis

JONASSON Jonas, Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
K

KASISCHKE Laura A moi pour toujours

KASISCHKE Laura, A Suspicious River

KASISCHKE Laura, La couronne verte
KASICHKE Laura, Un oiseau blanc dans le blizzard

KASISCHKE Laura, Rêves de garçons
KAWABATA Yasunari, Pays de neige
KENNEDY Douglas, Cul-de-sac

KENNEDY Douglas, The woman in the fifth
KENNEDY Douglas, Rien ne va  plus

KETTLER Pierre-François, L'arc de la lune
KHADRA Yasmina, L'attentat
KORBJITTI Chart, La chute de Fak
KOUROUMA Ahmadou, Le soleil des indépendances
KOUROUMA Ahmadou, Allah n'est pas obligé

L

LARCENET Manu, Le combat ordinaire (BD)
LARSSON Stieg, Milenium I : les hommes qui n'aimaient pas les femmes
LARSSON Stieg, Millenium II : la fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette

LE CALLET Blandine, la ballade de Lila K
LEE Harper, Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur
LEIGH Julia, Ailleurs
LEWIS Roy, Pourquoi j'ai mangé mon père

M


MABANCKOU Alain, Black Bazar

MAC CARTHY Cormac, La route
MAC CORMACK Eric, L'épouse hollandaise

MANKELL Henning, Comedia infantil
MANKELL Henning, Le fils du vent
MANKELL Henning, Meurtriers sans visage
MANKELL Henning, Tea-Bag

MAZETTI Katarina, Le mec de la tombe d'à côté
MIANO Léonora, Contours du jours qui vient
MIANO Léonora, L'intérieur de la nuit

MILLAS Juan José, Le dédordre de ton nom
MIURA Kiyohiro, Je veux devenir moine zen

MOGGACH Deborah, Ces petites choses

MURAKAMI Haruki, 1Q84
MURAKAMI Haruki, Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil
MURAKAMI Haruki, Chroniques de l'oiseau à ressort
MURAKAMI Haruki, Danse, danse, danse
MURAKAMI Haruki, La course au mouton sauvage
MURAKAMI Haruki, La ballade de l'impossible
MURAKAMI Haruki, La fin des temps
MURAKAMI Haruki, Les amants du Spoutnik
MURAKAMI Haruki, Kafka sur le rivage

MURAKAMI Haruki, Sommeil

N

NGOZI ADICHIE Chimananda, L'hibiscus pourpre
NOTHOMB Amélie, Biographie de la faim

O

OATES Joyce Carol, Les chutes
OGAWA Yôkô, La formule préférée du professeur
OGAWA Yôkô, La petite pièce hexagonale
OGAWA Yôkô, L'annulaire
OGAWA Yôkô, Le musée du silence
O'FAOLAIN Nuala, On s'est déjà vu quelque part ?
O'FAOLAIN Nuala, Chimères
OVALDE Véronique, Et mon coeur transparent

P

PAASILINNA Arto, Le bestial serviteur du pasteur Huuskonen
PAASILINNA Arto, Le lièvre de Vatanen
PAASILINNA Arto, Petits suicides entre amis
PEJU Pierre, La diagonale du vide
PESSL Marisha, La physique des catastrophes
PETILLON, L'affaire du voile (BD)
PINGEOT Mazarine, Le cimetière des poupées

R

RENDELL Ruth,L'analphabète
RIVIERE François, Un long et meveilleux suicide
ROTH Philip, La tache
ROY Arundhati, Le dieu des petits riens
RUFFIN Jean-Christophe, Rouge Brésil
RUIZ ZAFON Carlos, L'ombre du vent
RUSSO Richard, Le déclin de l'empire Whiting
RYU Murakami,Les bébés de la consigne automatique

S

SATRAPI Marjane, Persepolis (BD)
SCHUITEN François, La tour (BD)
SEMPE-GOSCINY, Le petit Nicolas
SEN Selina, Après la mousson

SERRE Anne, Les débutants
SI JE Dai, Le complexe de Di

T

 

TANIGUCHI Jirô
TOURNIER Michel, Le roi des Aulnes

U

UDALL Brady, Le destin miraculeux d'Edgar Mint

UDALL Brady, Le polygame Solitaire

V

 

VANN David, Désolations
VANN David, Sukkwann Island
VARGAS Fred, Pars vite et reviens tard

Y

YOSHIMOTO Banana, Kitchen
YOSHIMURA Akira, La jeune fille suppliciée sur une étagère

 

Z


ZWEIG Stefan, Marie-Antoinette

Mes auteurs favoris