Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : les lectures de Clarinette
  • : Journal de bord de mes lectures...avec mes petits mots à moi.
  • Contact

Association Miandra


Recherche

Je suis aussi là

Mon profil sur Babelio.com

Archives

je suis en train de lire...

 

 

la-vie-d-une-autre-frederique-deghelt

La vie d'une autre

 

Frédérique Deghelt

13 janvier 2008 7 13 /01 /janvier /2008 12:38
Vientiane

undefined                            
 
HPIM2968.JPG
undefined







  


                                                                                                                                                                                                             
                                   


HPIM2943.JPG
                                      





HPIM3104.JPG



















HPIM3107-1.JPG

Repost 0
Published by Clarinette - dans voyages et escapades
commenter cet article
8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 00:00
Luang Prabang (suite)

undefinedundefined





cascades de Tad Se                                 femme et enfant sur une moto


undefined                                               orchidées

undefined
 



















              
Wat Xien Thong  





   
                                                  
                             un bonze sous un parapluie                 
undefined
                             
Repost 0
Published by Clarinette - dans voyages et escapades
commenter cet article
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 19:28
Luang Prabang

undefinedjardins du Palais Royal

undefined
undefined







   





                       pêcheurs sur la Nam Kane

le Mékong et le Palais Royal
vus du Mont Phousi

undefinedune fleur inconnue et étrange

undefined grottes de Pak Ou







Repost 0
Published by Clarinette - dans voyages et escapades
commenter cet article
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 16:24
j---taisderri--retoipoche.gifJ'ai pris ce livre avec un mélange d'appréhension et de curiosité. Et puis, dès les premières phrases, j'ai été happée. Nicolas Fargues s'adresse au lecteur comme s'il se confiait à un vieux pote de toujours. Il raconte son histoire, celle de sa vie de couple perturbée et finissante avec Alexandrine, sa femme africaine, celle de son amour pour Alice une femme rencontrée lors d'un week-end en Italie. Il se dévoile, se déshabille se met à nu devant nous, lecteurs, et c'est troublant. Il n'y a rien d'indécent ni d'obscène dans ce déballage intime. Il frôle la ligne rouge sans jamais la dépasser et ne porte jamais atteinte à la pudeur ni à la dignité de ses protagonistes.
On entre directement dans la tête d'un homme. On a ainsi accès à ses pensées, son ressenti d'homme moderne, de mâle occidental "castré", dépossédé de ses attributs virils par une femme autoritaire et possessive.
J'ai pu être agacée par son ton de victime, j'ai pu penser qu'il en rajoutait, j'ai pu avoir du mal à croire à son histoire d'homme maltraité. Et aussi, j'ai eu du mal à accepter la théorie selon laquelle, ses problèmes de couple venaient de la différence de couleur de peau entre sa femme et lui, du fameux impossible dialogue Nord-Sud. Comme si, pour vivre ensemble et en harmonie, il fallait forcément être de la même culture et de la même couleur. Et puis sa rancoeur, déjà très présente dans Rade Terminus, vis à vis de l'Afrique et des Africain(e)s m'a mis mal à l'aise.
Mais j'ai adoré le lire,  j'aimerais être capable de me livrer avec autant de liberté et de facilité. J'imagine quel exutoire cela a du être pour lui.
Et enfin le récit de son histoire d'amour avec Alice est très belle, comme on aimerait tous en vivre. Ses descriptions de l'Italie et des Italiens sont magnifiques sans doute idéalisées par l'amour qu'il porte à une Italienne mais elles donnent envie d'y partir tout de suite.
Certains de ses propos m'ont heurtée, mais
j'ai été séduite par la transparence et la sincérité dont fait preuve Nicolas Fargues dans ce livre, je me suis sentie concernée par son histoire. C'est, à mon avis, le principal atout de ce roman.

extrait"En fait, j'ai attendu la trentaine pour comprendre que j'étais exactement comme tout le monde et qu'on était tous dans la même galère, que j'avais été un sacré abruti de me croire au-dessus de la mêlée. d'ailleurs, ma psy, c'est ce qu'elle m'a dit dès notre première séance au mois de juin : "maintenant, vous n'êtes plus au-dessus des autres, vous êtes parmi les autres", en insistant bien sur parmi.  Les autres, avant, moi, je pensais que je n'avais rien à leur dire. Mais, les autres, j'ai été bien content de les trouver, quand j'ai eu besoin de parler. Parce, que tu sais, avant, je ne parlais pas. Monsieur pas de problème, je te dis. Et, aujourd'hui, je peux te dire que c'est parce que j'ai parlé des heures, à des oreilles attentives ou non d'ailleurs, peu importe, que je m'en suis tiré. Oui je le dis haut et fort : Merci les autres, merci ! Vous m'avez sauvé la vie, et pardonnez-moi de vous avoir si longtemps pris de si haut, je vous jure que j'ai bien retenu la leçon et que je ne le ferais plus !"

undefinedundefinedundefinedJ'étais derrière toi, Nicolas Fargues, Editions P.O.L, Collection Folio, 236p.
Repost 0
6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 10:44
Me voilà de retour après une longue pause de plusieurs semaines. Je n'avais plus la tête à me consacrer à mon blog et mon rythme de lecture c'est aussi nettement ralenti.

Du coup j'ai abandonné la lecture du Temps où nous chantions de Richard Powers. Mais j'ai quand même eu aussi quelques belles découvertes :


undefined undefinedundefinedundefinedLa petite pièce hexagonale de Yôkô Ogawa. Une jolie surprise, mon roman préféré de cette auteure qui jusque là me paraissait un peu énigmatique. Une invitation à l'introspection qui fait un peu penser à la psychanalyse. Je suis contente d'avoir persisté dans l'exploration de l'oeuvre de Yôkô Ogawa.




undefinedundefinedundefinedLe syndicat des pauvres types d'Eric Faye. Tout ce qu'un individu est prêt à sacrifier sur l'autel de la gloire et de l'argent...







Et puis aussi J'étais derrière toi de Nicolas Fargues dont je vais tâcher de faire un compte-rendu plus détaillé très bientôt...


Côté cinéma, je n'ai vu que  Le rêve de Cassandre de Woody Allen avec Erwann Mac Gregor et Collin Farell. Dans le même esprit que Match Point en plus sombre...

Voilà, "Clarinette" n'est pas morte, elle était juste en sommeil. Je ne prendrai pas de résolution pour cette année mais je compte bien continuer à lire et à faire vivre ce blog d'une manière ou d'une autre.






Repost 0
Published by Clarinette
commenter cet article
6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 10:38
coeursbonneann--e.gif
  

Bonne année et belles lectures à tous !


Repost 0
Published by Clarinette - dans en apparté
commenter cet article
18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 00:27
chutedefak.jpgJe n'ai pas réussi à venir à bout de La chute de Fak. Je n'ai pas réussi à compatir aux déboires du pauvre Fak. Homme de peine dans un monastère dans une province de Thaïlande, il subit toutes sorte d'humiliations et sombre peu à peu dans la déchéance. J'espérais retrouver dans ce livre l'impression de douceur et de sérénité que j'ai ressenti en visitant des temples et des monastères bouddhiques mais c'est tout le contraire. Le monastère où vit Fak est le royaume de l'injustice, de l'intolérance et de l'hypocrisie. Ce roman a au moins le mérite de casser les clichés que l'on pourrait avoir sur l'Asie et sur le boudhisme. Un autre intérêt de ce roman est les descriptions que fait l'auteur du mode de vie et des rites des moines. Mais cela n'a pas suffit à accrocher mon attention, j'ai lu avec peine la première moitié  puis j'ai  survolé la deuxième moitié jusqu'au dénouement. 
La chute de Fak donne une vision sombre et pessimiste de la société Thaï et de l'univers monacal bouddhique.  Un livre qui correspond sûrement à une réalité mais je suis revenue d'Asie la tête pleine  d'images idylliques et sûrement idéalisées des monastères et des temples que j'ai visités là-bas, j'avais envie de rester sur cette image. Les malheurs de Fak m'ont paru déprimant, le style ennuyeux -à moins que ça ne vienne de la traduction ?.

premières phrases : "Ceci est l'histoire d'un jeune home qui a pris Pour femme une veuve qui n'avait pas toute sa raison. (L'histoire se serait sans doute terminée là si la veuve n'avait été la femme de son père.) Et par le plus grand des hasards cette histoire est arrivée au sein d'une petite commuanauté rurale, si bien qu'elle est devenue un scandale énorme qui a ébranlé les convictons morales de presque tut le monde dans le village, chascun y allant de ses commentaires est jugements en fonction del'opinion qu'il s'était faite des cette relation contre nature."

La chute de Fak
, Chart Korbjitti, Editions du Seuil,  303p.
Repost 0
Published by Clarinette - dans littérature asiatique
commenter cet article
1 novembre 2007 4 01 /11 /novembre /2007 00:00
un-secret.jpg
J'hésitais un peu à aller voir ce film, j'avais peur qu'il s'agisse d'un banal film "à la française". Et puis, je me suis laissé convaincre par les critiques excellentes, par le casting et puis par le souvenir des films de Claude Miller que j'ai vus et aimés (L'effrontée, La petite voleuse, La classe de neige, Betty Fischer). Et je n'ai pas été déçue, Un secret est un beau film sensible et émouvant.
François est né dans une famille juive dans la France de l'après-guerre. C'est un garçon fragile et solitaire dont le père ne parvient pas à faire un grand sportif. Pour combler ses lacunes, François s'est inventé un frère qui réalise des exploits que lui-même est incapable d'accomplir. Un jour il découvre un chien en peluche dans une malle. Il finit par apprendre qu'il a réellement eu un frère et que ses parents lui cachent un terrible secret.
Adapté du roman de Philippe Grimbert, le film est construit sur plusieurs époques : on voit François enfant, adolescent et adulte avec des allers et retours dans le temps. C'est ce qui donne un rythme intéressant au film. Petit à petit le puzzle se reconstitue. 
Un film sur le deuil, sur la culpabilité, le pardon...C'est aussi une quête de vérité et un travail de recherche sur son passé et celui de ses parents que l'auteur va accomplir pour pouvoir se reconstruire.

un-secret2.jpgUn secret, de Claude Miller avec Patrick Bruel, Cécile de France, Ludivine Sagnier, Julie Depardieu, Mathieu Amalric...
Repost 0
Published by Clarinette - dans cinéma
commenter cet article
16 octobre 2007 2 16 /10 /octobre /2007 10:43
annulaire.jpgL'univers de Yôkô Ogawa est décidément bien étrange. Comme dans Le musée du silence il est question dans L'annulaire de collecter toute sorte  d'objets très divers, dans un laboratoire cette fois, pour en faire des "spécimens". Il faut croire qu'il s'agit d'une obsession chez cette auteure. L'ambiance est froide teintée d'un érotisme glacé. Il a un rapport un peu sado-maso entre la jeune secrétaire et son employeur et pas de vrais sentiments ni d'émotions...L'écriture d'Ogawa est très limpide c'est qui fait que ce livre reste "lisible" malgré un sujet plutôt austère.
Bref, comme dans beaucoup de romans japonais, il y a quelque chose qui a échappé à mon regard de lectrice occidentale, mais c'est sans doute aussi cela qui me séduit : le côté mystérieux et exotique de la littérature japonaise...

premières phrases
: "Cela fera bientôt un an que je travaille dans ce laboratoire de spécimens. Comme ce n'est pas du tout le même genre de travail que celui que je faisais avant, au début j'étais désorientée, mais maintenant, j'y suis complètement habituée. Je maîtrise parfaitement l'endroit où sont rangés les papiers importants, je sais taper à la machine, et, en ce qui concerne les demandes de renseignements par téléphone, je suis capable d'expliquer poliment et avec gentillesse le rôle du laboratoire. De fait, la plupart des gens qui téléphonent sont satisfaits de mes explications, et sans doute aussi rassurés puisque le lendemain il viennent frapper à la porte du laboratoire, leur précieuse marchandise serrée sur le coeur."

smil-titcoeur.gif L'annulaire
, Yôkô Ogawa, Editions Babel
Repost 0
Published by Clarinette - dans littérature asiatique
commenter cet article
15 octobre 2007 1 15 /10 /octobre /2007 23:18
enfantoctobre.jpgLe 16 octobre 1984 Grégory Villemin, 4 ans, est retrouvé mort assassiné dans la Vologne.  Philippe Besson relate les faits avec beaucoup de précision mais dans un style romanesque. Il raconte l'histoire d'un couple, d'une famille. Son livre dépasse largement le simple récit d'un fait divers. Il ne s'agit pas non plus d'une enquête ni d'un témoignage.  Bien sûr il met l'accent sur les lacunes de la justice, les bourdes du juge Lambert et la "voracité" des médias mais il s'attarde surtout sur le portrait de la mère de Grégory qu'il présente comme un femme malmenée et meurtrie. Le récit très précis des faits, alterne avec les pensées et les états d'âme de Christine Villemin que Philippe Besson a imaginées.
L'atmosphère m' a un peu rappelé celle des Ames grises de Philippe Claudel : lourde, pleine de non-dits et de secrets et le style de Besson se rapproche un peu de celui de Claudel. A travers cette étude d'un fait divers, il explore l'âme humaine dans ce qu'elle a de plus sombre et de plus bas. Ce livre a été controversé et contesté par la famille Villemin elle-même qu'il n'a jamais rencontré. On reproche notamment à l'auteur de prêter à Christine Villemin des pensées et des propos qu'elle n'a jamis tenus.
C'est vrai que le livre oscille entre le roman et le récit. C'est un peu dérangeant. 
En dehors de cela, si on fait abstraction du fait qu'il s'agit de faits réels c'est un livre très bien écrit et une oeuvre très forte.

premières phrases : "Un matin d'octobre 1984, à la une des journaux, on découvre le visage d'un enfant, quatre ans peut-être, une espièglerie dans le regard, des boucles brunes, une bouille ronde et souriante. Immanquable, le sourire. Les titres au-dessus de la photo sont sans équivoque : "un crime abject", "l'horreur", "le drame", des mots comme cela, des mots lourds de sens, l'annonce d'un malheur. Et c'est saisissant, ce contraste, l'écart insupportable entre la jovialité de l'enfant et la dureté des mots.
Oui, un matin d'octobre 1984, la France se réveille avec la mort d'un enfant, avec un cadavre retruové ligoté le long des eaux glacées d'une rivière des Vosges. Le meurtrier a visiblement agit avec calme et sang-froid, sans brutalité superflue. Tout de suite, le prénom de l'enfant s'inscrit dans la mémoire collective : Grégory.
Il y subsiste."


smil-titcoeur.gifsmil-titcoeur.gif L'enfant d'octobre
, Philippe Besson, Editions Grasset,191p.

interview de Philippe Besson
Repost 0

J'ai lu...

A

ABE Kôbô, La femme des sables
ABOUET Marguerite, Aya de Yopougon (BD)
ALGOUD Albert, L'intégrale des jurons du capitaine Haddock
ANGOT Christine, Pourquoi le Brésil ?
AUSTER Paul, L'invention de la solitude
AUSTER Paul, Léviathan

B

BACHMAN Richard, Marche ou crève
BADHWAR Inderjit, La chambre des parfums

 BAKER Robin, Primal
BANKS Russell, American darling
BARBERY Muriel, L'élégance du hérisson
BENAQUISTA Tonino, Quelqu'un d'autre
BEN SADOUN Florence, La fausse veuve
BESSON Philippe, L'arrière-saison
BESSON Philippe, L'enfant d'octobre
BLONDEL Jean-Philippe, Accès direct à la plage
BOYD William,Brazzaville Plage

BOYD William La vie aux aguets


C

CAPOTE Truman, De sang froid
CAPOTE Truman, La traversée del'été
CARRERE Emmanuel, L'adversaire
CARRERE Emmanuel, La classe de neige
CARRERE Emmanuel, La moustache
CARRERE Emmanuel, Un roman russe
CHI Li Soleil Levant
Claudel Philippe, Les âmes grises

D

DE ROSNAY Tatiana, Spirales
DONGALA Emmanuel B. Les petits garçons naissent aussi des étoiles
DUBOIS Jean-Paul, Une vie française
Dubois Jean-Paul, Hommes entre eux
Duong Thu Huong, Terre des oublis

E

EMECHETA Buchi, Citoyen de seconde zone
ERNAUX Annie
EVERETT Percival, Désert américain

F

FAYE Eric, Le syndicat des pauvres types
FARGUES Nicolas, J'étais derrière toi
FARGUES Nicolas, Rade Terminus

 FLYNN Gillian, Les apparences
FRAPPAT Hélène, Par effraction

G

 

GALLAY Claudie, Les déferlantes
GANDER Forrest, En ami
GARCIA MARQUEZ Gabriel, Cent ans de solitude
GAUDE Laurent, La mort du roi Tsongor
GAVALDA Anna, Ensemble, c'est tout

H

 

Haddon Mark, Le bizarre incident du chien pendant la nuit

HAMPATE BA Amadou, Amkoullel, l'enfant Peul

HETU  Julie, Baie Déception
HIGHSMITH Patricia
HIRAIDE Takashi, Le chat qui venait du ciel
HOLDER Eric, La baïne
HOSSEINI Khaled, Les cerfs-volants de Kaboul
HOUELLEBECQ Michel

I

IRVING John, Je te retrouverai
IRVING John, Un mariage poids moyen
ISHIGURO Kazuo, Auprès de moi toujours
ISHIGURO Kazuo, Lumière pâle sur les collines

J

JAUFFRET Régis

JONASSON Jonas, Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
K

KASISCHKE Laura A moi pour toujours

KASISCHKE Laura, A Suspicious River

KASISCHKE Laura, La couronne verte
KASICHKE Laura, Un oiseau blanc dans le blizzard

KASISCHKE Laura, Rêves de garçons
KAWABATA Yasunari, Pays de neige
KENNEDY Douglas, Cul-de-sac

KENNEDY Douglas, The woman in the fifth
KENNEDY Douglas, Rien ne va  plus

KETTLER Pierre-François, L'arc de la lune
KHADRA Yasmina, L'attentat
KORBJITTI Chart, La chute de Fak
KOUROUMA Ahmadou, Le soleil des indépendances
KOUROUMA Ahmadou, Allah n'est pas obligé

L

LARCENET Manu, Le combat ordinaire (BD)
LARSSON Stieg, Milenium I : les hommes qui n'aimaient pas les femmes
LARSSON Stieg, Millenium II : la fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette

LE CALLET Blandine, la ballade de Lila K
LEE Harper, Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur
LEIGH Julia, Ailleurs
LEWIS Roy, Pourquoi j'ai mangé mon père

M


MABANCKOU Alain, Black Bazar

MAC CARTHY Cormac, La route
MAC CORMACK Eric, L'épouse hollandaise

MANKELL Henning, Comedia infantil
MANKELL Henning, Le fils du vent
MANKELL Henning, Meurtriers sans visage
MANKELL Henning, Tea-Bag

MAZETTI Katarina, Le mec de la tombe d'à côté
MIANO Léonora, Contours du jours qui vient
MIANO Léonora, L'intérieur de la nuit

MILLAS Juan José, Le dédordre de ton nom
MIURA Kiyohiro, Je veux devenir moine zen

MOGGACH Deborah, Ces petites choses

MURAKAMI Haruki, 1Q84
MURAKAMI Haruki, Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil
MURAKAMI Haruki, Chroniques de l'oiseau à ressort
MURAKAMI Haruki, Danse, danse, danse
MURAKAMI Haruki, La course au mouton sauvage
MURAKAMI Haruki, La ballade de l'impossible
MURAKAMI Haruki, La fin des temps
MURAKAMI Haruki, Les amants du Spoutnik
MURAKAMI Haruki, Kafka sur le rivage

MURAKAMI Haruki, Sommeil

N

NGOZI ADICHIE Chimananda, L'hibiscus pourpre
NOTHOMB Amélie, Biographie de la faim

O

OATES Joyce Carol, Les chutes
OGAWA Yôkô, La formule préférée du professeur
OGAWA Yôkô, La petite pièce hexagonale
OGAWA Yôkô, L'annulaire
OGAWA Yôkô, Le musée du silence
O'FAOLAIN Nuala, On s'est déjà vu quelque part ?
O'FAOLAIN Nuala, Chimères
OVALDE Véronique, Et mon coeur transparent

P

PAASILINNA Arto, Le bestial serviteur du pasteur Huuskonen
PAASILINNA Arto, Le lièvre de Vatanen
PAASILINNA Arto, Petits suicides entre amis
PEJU Pierre, La diagonale du vide
PESSL Marisha, La physique des catastrophes
PETILLON, L'affaire du voile (BD)
PINGEOT Mazarine, Le cimetière des poupées

R

RENDELL Ruth,L'analphabète
RIVIERE François, Un long et meveilleux suicide
ROTH Philip, La tache
ROY Arundhati, Le dieu des petits riens
RUFFIN Jean-Christophe, Rouge Brésil
RUIZ ZAFON Carlos, L'ombre du vent
RUSSO Richard, Le déclin de l'empire Whiting
RYU Murakami,Les bébés de la consigne automatique

S

SATRAPI Marjane, Persepolis (BD)
SCHUITEN François, La tour (BD)
SEMPE-GOSCINY, Le petit Nicolas
SEN Selina, Après la mousson

SERRE Anne, Les débutants
SI JE Dai, Le complexe de Di

T

 

TANIGUCHI Jirô
TOURNIER Michel, Le roi des Aulnes

U

UDALL Brady, Le destin miraculeux d'Edgar Mint

UDALL Brady, Le polygame Solitaire

V

 

VANN David, Désolations
VANN David, Sukkwann Island
VARGAS Fred, Pars vite et reviens tard

Y

YOSHIMOTO Banana, Kitchen
YOSHIMURA Akira, La jeune fille suppliciée sur une étagère

 

Z


ZWEIG Stefan, Marie-Antoinette

Mes auteurs favoris