Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : les lectures de Clarinette
  • : Journal de bord de mes lectures...avec mes petits mots à moi.
  • Contact

Association Miandra


Recherche

Je suis aussi là

Mon profil sur Babelio.com

Archives

je suis en train de lire...

 

 

la-vie-d-une-autre-frederique-deghelt

La vie d'une autre

 

Frédérique Deghelt

17 mai 2006 3 17 /05 /mai /2006 21:27
Pourquoi j'ai acheté ce livre ? Parce que j'ai lu "Diégo-Suarez" (Madagascar) au dos de la couverture et que Diégo-Suarez est un endroit que je connais. J'ai entendu parler de Nicolas Fargues récemment et j'ai lu un article sur  lui dans Télérama à propos de son dernier roman J'étais derrière toi que je me suis promis de lire à l'occasion.

Rade terminus est le quatrième roman de ce jeune auteur de trente-quatre ans. Nicolas Fargues vit à Madagascar et dirige l'Alliance française à Diégo-Suarez.
Dans ce roman, il fait le portrait de tous les types de "vazaha" (étranger, Blanc, par extension français) que l'on peut rencontrer là-bas. Cela va de la jeune touriste naïve et pleine de bons sentiments au vieux baroudeur désabusé, en passant par le prof coopérant qui se la coule douce sous les tropiques, avec comme personnage central, Philippe, représentant d'une ONG, en mission à Diégo-Suarez. On sent que ce qu'il y décrit est basé sur du vécu. On sent aussi qu'il en a gros sur le coeur et qu'il a beaucoup à dire ce qui fait que les personnages manquent un peu d'épaisseur et de profondeur et que chaque histoire est à mon avis traitée d'une manière assez superficicielle. J'ai eu l'impression qu'il avait écrit ce roman dans l'urgence parce qu'il avait besoin de vider son sac sur le sujet. Il ne fait aucune concession et tout le monde passe par sa moulinette.

 Le tableau qu'il fait de Madagascar est à mon avis un peu excessif voire caricatural, mais il a le mérite d'être sincère, sans concession et d'éviter les clichés que l'on peu avoir sur ce pays à mon avis mal connu. Toutefois, Madagascar n'est certes pas un endroit où il n'y a que des lémuriens qui sautent de branche en branche. Mais entre les images de carte postale de "Faut pas rêver" ou de "Thalassa" et la vision de Nicolas Fargues il existe à mon avis un intermédiaire.

Au départ, j'ai été choquée par sa vision très négative des choses. Il fait de Diégo un lieu de perdition : le "trou du cul" du monde où il n'y a "rien. Que la mer, des 4L pourries et des putes" . "Que les routes" y sont " impraticables", qu'on se déplace "avec beaucoup de difficulté, que, dans les boîtes de nuit, les filles" attendent "les touristes blancs, qu'elles leur" prennent "la main dès l'entrée, quand elle ne les" saisissent "pas directement à l'entrejambe, le tout dans l'espoir de leur soutirer leurs économies, de préférence après s'être fait épouser."

On le sent un peu moins à l'aise lorsqu'il se place du point de vue des malgaches. Mais le portrait qu'il en fait n'est pas plus tendre : " Les Malgaches sont des menteurs-nés. [...] Rien ne les atteint, aucune mauvaise conscience ne les fait reculer parce qu'ils n'ont pas d'amour-propre[...]. Ils sont sans fond, ce sont des gouffres d'inaffectivité et il faut les accepter comme ça, [...] c'est parce que la vie n'a pas tant d'importance que ça pour eux, c'est parce que la vie n'est qu'un passage ici [...]. Ils sont authentiques dans le mensonge, tout autant qu'ils sont authentiques dans leur mine contrite feinte, dans leurs larmes feintes, dans leurs éclats de rire feints dans leur amitié et leur compassion feintes, [...] c'est le règne du non-être."
Bref je pourrais recopier ici des pages et des pages de ce livres tellement il m'interpelle, mais le mieux serait pour vous de le lire...

J'ai commencé ce livre avec un sentiment de malaise mais j'ai dû finir par me rendre à l'évidence : il beaucoup de vrai dans ce  que dit Nicolas Fargues et puis certains passages sont même très drôles même si j'ai rit un peu jaune.

Son roman traite du "dialogue Nord-Sud" et son constat est amer : le dialogue Nord-Sud est un dialogue de sourds.
A lire...par ceux qui connaissent Madagascar et ceux qui voudraient la connaître.

premières lignes : " Philippe n'était pas fou. La preuve, il avait parfaitement conscience que, parmi ses comportements solitaires, dcertains pouvaient sans ambiguïté le faire passer pour un fou aux yeux des gens normaux. Et puis, comme il était le seul à le savoir et que seul compte au bout du compte ce que l'on sait, observe ou apprend de vous cela revenait à faire officiellement de lui un être normal. Et même, se plaisait-il parfois à penser, bien mieux que normal puisque tout à fait maître de ses folies passagères."

Rade Terminus
, Nicolas Fargues, Editions Gallimard, Collection Folio, 302 p.

A lire : Nicolas Fargues vu par la presse malgache

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Schlabaya 15/12/2009 10:58


Clarinette, j'ai l'impression que tu amalgames les points de vue des différents narrateurs avec celui de l'auteur... Ce que chacun voit en Madagascar dépend de ce qu'il en attend, de sa
personnalité, c'est pourquoi les différentes visions ne se rejoignent pas forcément. Cel a étant, j'ai bien aimé ton billet, je l'ai linké au bas du mien.


Clarinette 15/12/2009 23:09


Tu as sans doute raison. Je me suis peut-être un peu trop vite emballée. En fin de compte, je suis plutôt d'accord avec ces différentes visions. Ce qui m'a mis mal à l'aise c'est qu'elles donnent
une image plutôt négative de ce pays que je connais très bien et que j'aime malgré tout.


A_girl_from_earth@hotmail.com 25/06/2008 15:48

Je viens de terminer ce roman. Quelle coïncidence de voir qu'il était commenté ici alors que je le lisais. :) J'ai attendu d'écrire mon commentaire avant de te lire en entier à ce sujet histoire de ne pas être influencée lol, car c'est vrai que ce roman interpelle beaucoup, mais pour des raisons tellement diverses que je ne suis même pas sûre d'avoir mis le doigt sur les bonnes...En tout cas, pareil que toi, j'ai eu un moment de déstabilisation, ce côté "jugement sans concession" d'une région et de ses habitants, j'avais jamais vu ça pour aucun pays (enfin il me semble), et puis finalement j'ai quand même bien apprécié l'ensemble de l'histoire (des histoires), des portraits dessinés par l'auteur, son style, le carnet de Philippe à la fin m'a vraiment fait rire avec ses observations personnelles sur Diego.Enfin il y a tellement de choses à dire et à discuter sur ce livre et son sujet, c'est clair qu'il ne laisse pas indifférent!

J'ai lu...

A

ABE Kôbô, La femme des sables
ABOUET Marguerite, Aya de Yopougon (BD)
ALGOUD Albert, L'intégrale des jurons du capitaine Haddock
ANGOT Christine, Pourquoi le Brésil ?
AUSTER Paul, L'invention de la solitude
AUSTER Paul, Léviathan

B

BACHMAN Richard, Marche ou crève
BADHWAR Inderjit, La chambre des parfums

 BAKER Robin, Primal
BANKS Russell, American darling
BARBERY Muriel, L'élégance du hérisson
BENAQUISTA Tonino, Quelqu'un d'autre
BEN SADOUN Florence, La fausse veuve
BESSON Philippe, L'arrière-saison
BESSON Philippe, L'enfant d'octobre
BLONDEL Jean-Philippe, Accès direct à la plage
BOYD William,Brazzaville Plage

BOYD William La vie aux aguets


C

CAPOTE Truman, De sang froid
CAPOTE Truman, La traversée del'été
CARRERE Emmanuel, L'adversaire
CARRERE Emmanuel, La classe de neige
CARRERE Emmanuel, La moustache
CARRERE Emmanuel, Un roman russe
CHI Li Soleil Levant
Claudel Philippe, Les âmes grises

D

DE ROSNAY Tatiana, Spirales
DONGALA Emmanuel B. Les petits garçons naissent aussi des étoiles
DUBOIS Jean-Paul, Une vie française
Dubois Jean-Paul, Hommes entre eux
Duong Thu Huong, Terre des oublis

E

EMECHETA Buchi, Citoyen de seconde zone
ERNAUX Annie
EVERETT Percival, Désert américain

F

FAYE Eric, Le syndicat des pauvres types
FARGUES Nicolas, J'étais derrière toi
FARGUES Nicolas, Rade Terminus

 FLYNN Gillian, Les apparences
FRAPPAT Hélène, Par effraction

G

 

GALLAY Claudie, Les déferlantes
GANDER Forrest, En ami
GARCIA MARQUEZ Gabriel, Cent ans de solitude
GAUDE Laurent, La mort du roi Tsongor
GAVALDA Anna, Ensemble, c'est tout

H

 

Haddon Mark, Le bizarre incident du chien pendant la nuit

HAMPATE BA Amadou, Amkoullel, l'enfant Peul

HETU  Julie, Baie Déception
HIGHSMITH Patricia
HIRAIDE Takashi, Le chat qui venait du ciel
HOLDER Eric, La baïne
HOSSEINI Khaled, Les cerfs-volants de Kaboul
HOUELLEBECQ Michel

I

IRVING John, Je te retrouverai
IRVING John, Un mariage poids moyen
ISHIGURO Kazuo, Auprès de moi toujours
ISHIGURO Kazuo, Lumière pâle sur les collines

J

JAUFFRET Régis

JONASSON Jonas, Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
K

KASISCHKE Laura A moi pour toujours

KASISCHKE Laura, A Suspicious River

KASISCHKE Laura, La couronne verte
KASICHKE Laura, Un oiseau blanc dans le blizzard

KASISCHKE Laura, Rêves de garçons
KAWABATA Yasunari, Pays de neige
KENNEDY Douglas, Cul-de-sac

KENNEDY Douglas, The woman in the fifth
KENNEDY Douglas, Rien ne va  plus

KETTLER Pierre-François, L'arc de la lune
KHADRA Yasmina, L'attentat
KORBJITTI Chart, La chute de Fak
KOUROUMA Ahmadou, Le soleil des indépendances
KOUROUMA Ahmadou, Allah n'est pas obligé

L

LARCENET Manu, Le combat ordinaire (BD)
LARSSON Stieg, Milenium I : les hommes qui n'aimaient pas les femmes
LARSSON Stieg, Millenium II : la fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette

LE CALLET Blandine, la ballade de Lila K
LEE Harper, Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur
LEIGH Julia, Ailleurs
LEWIS Roy, Pourquoi j'ai mangé mon père

M


MABANCKOU Alain, Black Bazar

MAC CARTHY Cormac, La route
MAC CORMACK Eric, L'épouse hollandaise

MANKELL Henning, Comedia infantil
MANKELL Henning, Le fils du vent
MANKELL Henning, Meurtriers sans visage
MANKELL Henning, Tea-Bag

MAZETTI Katarina, Le mec de la tombe d'à côté
MIANO Léonora, Contours du jours qui vient
MIANO Léonora, L'intérieur de la nuit

MILLAS Juan José, Le dédordre de ton nom
MIURA Kiyohiro, Je veux devenir moine zen

MOGGACH Deborah, Ces petites choses

MURAKAMI Haruki, 1Q84
MURAKAMI Haruki, Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil
MURAKAMI Haruki, Chroniques de l'oiseau à ressort
MURAKAMI Haruki, Danse, danse, danse
MURAKAMI Haruki, La course au mouton sauvage
MURAKAMI Haruki, La ballade de l'impossible
MURAKAMI Haruki, La fin des temps
MURAKAMI Haruki, Les amants du Spoutnik
MURAKAMI Haruki, Kafka sur le rivage

MURAKAMI Haruki, Sommeil

N

NGOZI ADICHIE Chimananda, L'hibiscus pourpre
NOTHOMB Amélie, Biographie de la faim

O

OATES Joyce Carol, Les chutes
OGAWA Yôkô, La formule préférée du professeur
OGAWA Yôkô, La petite pièce hexagonale
OGAWA Yôkô, L'annulaire
OGAWA Yôkô, Le musée du silence
O'FAOLAIN Nuala, On s'est déjà vu quelque part ?
O'FAOLAIN Nuala, Chimères
OVALDE Véronique, Et mon coeur transparent

P

PAASILINNA Arto, Le bestial serviteur du pasteur Huuskonen
PAASILINNA Arto, Le lièvre de Vatanen
PAASILINNA Arto, Petits suicides entre amis
PEJU Pierre, La diagonale du vide
PESSL Marisha, La physique des catastrophes
PETILLON, L'affaire du voile (BD)
PINGEOT Mazarine, Le cimetière des poupées

R

RENDELL Ruth,L'analphabète
RIVIERE François, Un long et meveilleux suicide
ROTH Philip, La tache
ROY Arundhati, Le dieu des petits riens
RUFFIN Jean-Christophe, Rouge Brésil
RUIZ ZAFON Carlos, L'ombre du vent
RUSSO Richard, Le déclin de l'empire Whiting
RYU Murakami,Les bébés de la consigne automatique

S

SATRAPI Marjane, Persepolis (BD)
SCHUITEN François, La tour (BD)
SEMPE-GOSCINY, Le petit Nicolas
SEN Selina, Après la mousson

SERRE Anne, Les débutants
SI JE Dai, Le complexe de Di

T

 

TANIGUCHI Jirô
TOURNIER Michel, Le roi des Aulnes

U

UDALL Brady, Le destin miraculeux d'Edgar Mint

UDALL Brady, Le polygame Solitaire

V

 

VANN David, Désolations
VANN David, Sukkwann Island
VARGAS Fred, Pars vite et reviens tard

Y

YOSHIMOTO Banana, Kitchen
YOSHIMURA Akira, La jeune fille suppliciée sur une étagère

 

Z


ZWEIG Stefan, Marie-Antoinette

Mes auteurs favoris